Le rôle du juge est d’être une « justice animée » pas l’application rigoureuse et aveugle de la loi, chaque cas étant un cas particulier que la loi n’a pu envisager, se devant d’être générale. Si, étymologiquement, la justice et le droit sont très proches (jus, juris, qui donne l’adjectif juridique), la justice est aussi une catégorie morale et même, chez les anciens, une vertu. La philosophie au Bac STL s’appuie sur plusieurs chapitres dont la justice et le droit, qu’il est important de maîtriser pour réussir. Aussi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. D’où le sentiment d’appartenir vraiment à cette société, comme partie d’un tout. chacun va ensuite s’engager à se soumettre à toute la communauté  constituée par le premier pacte, c’est-à-dire va renoncer à faire usage de sa liberté naturelle pour se soumettre à la volonté souveraine du tout. Les distinctions d’ ARISTOTE pourraient justifier un État providence devant corriger les inégalités naturelles ou sociales par des traitements inégaux ou adaptés à chacun. Les formes de la justice a. Sous la contenance qu’il se donne perce toute sa faiblesse et en même temps surgit sa mortalité. Et enfin même si on ajoutait le droit à la force, cela ne changerait rien. Car, de ce qui est indéterminé la règle doit être elle-même indéterminée, comme cette règle de plomb, dont les constructeurs les biens font usage : s’adaptant à la forme de la pierre, elle ne demeure pas rigide ; de même les décrets s’adaptent aux faits. Critique de la représentation en politique, et ébauches de solution chez Rousseau (Lettres de la montagne). La justice et le droit Chez Platon et Aristote, la justice est la vertu essentielle qui permet l’harmonie de l’homme avec lui-même et avec ses concitoyens. Il y a la parole de Dieu en autrui, parole non thématisée. 3) Il est interdit de compenser des atteintes aux libertés de bases par des avantages économiques ou inversement de mettre des individus dans une position économique qui leur enlève toute liberté. Cela force au respect, à la charité, à la pitié donc on peut penser qu’être juste, c’est aller bien au-delà de ce qu’exige la stricte légalité et c’est parfois même aller contre au nom de la morale ou d’un droit naturel ou divin. Les rapports économiques engageants des hommes, on ne peut qu’exiger qu’ils soient le plus justes possible. La justice distributive c. La justice répressive 3. Selon MARX : « les rapports juridiques ne peuvent être compris ni par eux-mêmes ni par la prétendue évolution générale de l’esprit humain mais par leurs racines dans les conditions matérielles d’existence ». De la même manière, si le droit de l’Etat est fondé sur la réciprocité des droits et devoirs, on peut estimer que celui qui ne remplit pas ses devoirs peut perdre certains droits; mais comme le soutient Kant contre Benjamin Constant, qui en s’appuyant sur cette idée justifie qu’on ne doive pas la vérité à celui qui voudrait s’en servir pour commettre un meurtre, on peut penser que dire la vérité est un devoir moral et que tout homme ( même un criminel!) 4: la loi vaut pour tous donc elle instaure une égalité et on considère spontanément que l’inégalité est injuste. Bien que PASCAL constate un décalage entre l’idéal et la réalité, il n’appelle pas pour autant à renverser le droit. La justice et le droit (L, ES, S) Définition; Le mot justice est employé dans différents contextes : C’est d'abord un sentiment subjectif dans le cœur de l'homme, une vertu. Par sa nudité qui est le symbole du dénuement de l’être humain, il fait de nous l’Elu, celui qui doit répondre de devoir infini. A priori la justice et la force sont radicalement différentes. C’est donc le principe de la souveraineté fractionnée de la République que défend ici donc Rousseau . Le visage est cette possibilité du meurtre, cette impuissance de l’être et cette autorité qui me commande ” tu ne tueras point “. Nous voyons que dans les pays où l’on n’est affecté que de l’esprit de commerce, on trafique de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l’humanité demande, s’y font ou s’y donnent pour de l’argent. RAWLS voit la société comme une grande entreprise de coopération où l’enrichissement des uns n’est acceptable que si ça profite à tous. Mais cela ne veut pas dire que toute conventionssoit  légitime. La justice renvoie elle à une exigence personnelle de vérité et d’intégrité. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com. À savoir faire régner l’ordre, la justice pour la coexistence des libertés. Pour HOBBES, le but de l’État est de mettre fin à un état de guerre généralisée. Pour ROUSSEAU, cela permet de garantir à la fois sécurité et liberté car en obéissant à la loi en tant que sujet, on obéit à soi-même en tant que citoyen et parce que le gouvernement n’est que le ministre du peuple. Et l’homme peut-il se contenter d’une économie, d’un fait  injuste ? Le droit est différent de la justice : il correspond à son application et a deux fonctions définies. Dés lors, les rapports économiques vont nécessairement engendrer des inégalités et être corrompu par ce culte de l’argent. Ce visage exposé à mon regard est désarmé. On pourrait considérer que le juste, c’est ce qui est conforme au droit positif car : 1: le droit positif est légitime et vient corriger un fait insatisfaisant ou insuffisant. Philosophie: Révisez le chapitre de Terminale S L'Etat, la justice et le droit avec Kartable ️ Programmes officiels de l'Éducation nationale Elle se doit, pour maintenir une cohésion sociale, d’être réglementée par des lois, organisée autour d’un pouvoir régulateur, un pouvoir politique. Mais à cela il faudrait ajouter une profession de foi purement civile par laquelle on affirmerait croire en la communauté, au caractère sacré de la loi au nom de laquelle si besoin est on pourrait se sacrifier. Valeur morale : la justice est une vertu, c’est notre capacité à agir avec les autres en respectant l’égalité. Il y a dans le visage la suprême autorité qui commande, et je dis toujours, c’est la parole de Dieu. C’est celui que l’on trouve chez le juge qui applique la sentence selon le cas individuel, même si le criminel reste soumis à la loi comme tout un chacun. Dès lors plutôt que de rejeter l’État, on peut peut-être s’efforcer de penser ce qui peut fonder cette institution et pour cela il faut penser les fins de l’État. Pourtant, au regard de la nature duelle ( ou déchue si on fait une lecture purement pascalienne du texte) de l’homme, il est nécessaire de les concilier. Mais cette revendication de liberté individuelle vont amener à respecter/accepter un ÉTAT nécessaire à la fois pour les protéger mais aussi pour les faire coexister pour le maintien de la société dont l’individu ne peut pas se passer. Réduire le juste au légal, c’est réduire le juste à la conformité de l’acte avec la loi: la morale utilitariste pourrait emporter notre adhésion face aux exigences trop élevées d’une morale de l’intention ( nous ne sommes pas des saints! Lors donc qu’il était assis au milieu des autres, il lui arriva par hasard de tourner le chaton de la bague vers lui à l’intérieur de sa main, ce qu’ayant fait, il devint. Vous n’êtes pas sûr d’avoir tout compris ? Elle peut-être utilisée pour les dissertations sur la politique, sur la société ou encore sur le droit. Selon TOCQUEVILLE, c’est cet oubli de la citoyenneté par un repli sur la sphère privée qui entraîne la dégénérescence de l’État, de la démocratie. de créer un tout qui puisse ensuite être régie comme un tout. Il faut que chacun se prononce en son nom avec le sens de l’intérêt général.
2020 létat la justice et le droit philo