Les sévères pressions auxquelles a dû faire face l'Allemagne depuis les dernières années 80 ont été allégées grâce à de grands programmes d'investissement. Parmi les États membres de l’UE, le pourcentage de personnes vivant dans des maisons indépendantes était le plus élevé en Croatie (69,7 %), en Slovénie (66,2 %), en Roumanie (65,2 %) et en Hongrie (64,6 %); le Danemark et la Pologne étaient les seuls autres États membres dans lesquels la population vivait majoritairement dans des maisons indépendantes. De même, le Les causes de l'augmentation du nombre des sans abris sont diverses, mais parmi elles, on peut citer des taux élevés de formation de foyers et de brusque immigration, les niveaux croissants de ruptures familiales, un chômage plus élevé (en particulier, chez les jeunes), des systèmes de sécurité sociale mal établis dans le sud et une couverture réduite dans le nord, l'évacuation des patients psychiatriques des institutions. Le pourcentage des habitants occupant un logement à loyer réduit ou mis à disposition gratuitement était inférieur à 20,0 % dans tous les États membres de l’UE et dans les huit pays tiers pour lesquels des données sont communiquées. Les données utilisées dans cet article sont essentiellement tirées des microdonnées provenant des statistiques de l’UE sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC). Le rapport fournit des résumés abrégés de la structure de la politique de logement, de ses tendances, des défis majeurs, des réponses à ces défis et des exemples du rôle de l'Union européenne dans treize États membres. L’Union européenne n’a pas de compétence particulière en matière de logement, la formulation des politiques de logement relevant des prérogatives des gouvernements nationaux. Le pourcentage de la population dont les dépenses consacrées au logement dépassaient 40 % du revenu disponible équivalent était le plus élevé chez les locataires occupant un logement loué au prix du marché (25,1 %) et le plus faible chez les personnes vivant dans un logement dont elles étaient propriétaires et pour lequel il n’existait pas d’emprunt ou d’hypothèque (4,0 %) (voir tableau 1). Retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur le marché du logement étudiant en France en 2019 dans cette étude. Le financement des logements, qu’ils soient achetés ou loués, constitue un problème majeur pour de nombreux ménages, souvent lié à la qualité du logement. nécessaires, compte tenu du contexte local, à une existence normale dans ce logement» et «à mettre en œuvre des politiques visant à éviter les ruptures dans les conditions d’existence pouvant conduire à des situations d’exclusion, notamment pour ce qui concerne les cas de surendettement, l’exclusion scolaire ou la perte du logement». Dans les années 80, des programmes spéciaux dans certains pays ont facilité l'accès de groupes ayant des besoins spéciaux, tels que gens âgés ou handicapés. Le présent rapport soulève trois questions: Au cours de ce dernier siècle, les tendances suivantes se sont fait jour dans la plupart des politiques de logement en Europe: Toutefois, ces tendances communes occultent une diversité dans les niveaux et formes d'intervention. La Fondation Abbé Pierre et les associations membres de la FEANTSA n’ont pas attendu d’avoir une voix au niveau européen pour alerter sur la considérer le développement d'un programme de récompenses bien diffusé dans les médias pour des projets "intégrés" exceptionnels; encourager la création d'un forum sur les modes d'occupation croisés impliquant CECODHAS, EMF et autres, afin de discuter des aménagements de logements en Europe; promouvoir la mise en place de réseaux de fournisseurs et de praticiens, voire de groupes communautaires, impliqués dans des projets intégrés; on pourrait commencer par demander à tous les adjudicataires d'initiatives communautaires de participer à de tels réseaux; on devrait encourager les organismes professionnels de praticiens du logement, tels que l'Institut agréé du logement au Royaume-Uni, SABO en Suède et NWV aux Pays-Bas, à se mettre en réseau et à échanger du personnel et des informations. C'est particulièrement vrai dans les pays où le secteur est important et a assuré le logement d'une très grande proportion de pauvres, y compris chômeurs, familles unifamiliales, minorités ethniques et immigrés. Aux Pays-Bas (60,5 %) et en Suède (51,7 %), plus de la moitié des habitants vivaient dans un logement leur appartenant et pour lequel il existait un emprunt ou une hypothèque; tel était également le cas en Islande (63,9 %, données de 2016) et en Norvège (60,1 %). En Irlande et au Royaume-Uni, les locataires ont également reçu des aides financières pour acheter leurs logements auprès des municipalités. Toutefois, même dans certains pays méditerranéens, le contrôle des loyers diminue et ce secteur des logements en location enregistre une reprise dans la moitié des États membres de l'UE. Mise à jour prévue de l’article: octobre 2021. Encore une fois, la Finlande est un des meilleurs élèves de l’Europe. Il n'existe aucun droit légal au logement pour les sans abris sauf en France et au Royaume-Uni, et ils ont été récemment réduits au Royaume-Uni. Parallèlement, le nombre d’occupants par logement a baissé : en moyenne 2,7 personnes par logement en 1984, 2,3 en 2006, 2,2 en 2016. Les propriétaires occupants représentent le mode d'occupation avec la plus forte croissance, grâce aux aides fiscales, à l'inflation et aux augmentations de loyer dans les autres modes d'occupation. Le logement dans l’Union européenne : la propriété prend le pas sur la location Claudie Louvot-Runavot * Tous les pays de l’Europe des Quinze disposent aujourd’hui d’un nombre de logements relativement important, leur permettant À l’autre extrémité, c’est sur les îles de Malte (7,0 %), de Chypre (5,2 %) et d’Irlande (4,2 %) que les taux de surpeuplement parmi les personnes exposées au risque de pauvreté étaient les plus faibles. Dans trois États membres de l’Union européenne, au moins, une personne sur dix a souffert d’une privation grave de logement en 2018: un taux de 10,1 % a été enregistré en Bulgarie, tandis que des taux plus élevés ont été observés en Lettonie (14,9 %) et en Roumanie (16,1 %); cette situation a également été observée dans chaque pays candidat pour lesquels des données (pour 2017 et 2018) sont communiquées dans le graphique 4. Source: Eurostat (code des données en ligne: ilc_lvho07c). Le partage et le nombre des sans abris au mieux ne diminueront pas. L’Insee a publié une étude sur le logement des seniors en Europe. Le contrôle des propriétaires de logements sociaux est normalement assurée par les autorités locales, sauf au Royaume-Uni où les associations locatives le sont par des organismes gouvernementaux. Dans six États membres, plus d’un tiers de la population louant un logement au prix du marché dépensait plus de 40 % de son revenu disponible équivalent pour le logement en 2018. La modalité d'assistance la plus courante dont peuvent bénéficier les propriétaires occupants consiste en un allégement d'impôt sur le paiement des intérêts hypothécaires, bien qu'il ait eu tendance à diminuer dans certains pays. Le secteur de logements sociaux, après s'être accru rapidement, est en baisse dans le nord et l'ouest de l'Europe et, de plus en plus, on l'associe aux "nouveaux pauvres" et à l'exclusion sociale. En effet, un nombre sans cesse en augmentation d’habitants sacrifient plus de 40 % de leur budget au logement, atteignant un coût excessif. À l’autre extrémité, deux personnes sur cinq en Grèce (39,5 %) et plus d’une personne sur six (17,9 %) en Bulgarie ont dépensé plus de 40 % de leur revenu disponible équivalent pour le logement, tout comme environ une personne sur sept au Danemark (14,7 %) et en Allemagne (14,2 %).
2020 nombre de logement en europe