16 La crise du coronavirus devrait faire chuter les investissements étrangers directs (IED) de 40% cette année, avec une reprise attendue en 2022, ont déclaré mardi les économistes de l’ONU. Toutes les régions ne sont pas à la même enseigne. Du côté du passif, les IDE représentent la principale composante de la position financière extérieure de la Chine à la fin de 2009. Les grandes sociétés chinoises, contrôlées par l’État, sont souvent soupçonnées de bénéficier de subventions et de fausser la concurrence, d’obéir à des motivations politiques plus qu’à des stratégies économiques ou financières. 10 En 2006, les résidents chinois ont été autorisés à investir à l’étranger à travers des investisseurs institutionnels domestiques qualifiés (qualified domestic institutional investors – QDII), mais dans la limite de quotas étroits (qui s’élevaient au total à 57 Md$ à la fin de 2008). 12 Cette coïncidence a fait surgir le spectre d’une présence chinoise tous azimuts (Wong, 2010). Dans le cadre de cette politique, les banques chinoises ont été autorisées à faire des prêts pour des opérations d’acquisition à l’étranger. Depuis le début des années 2000, les autorités ont cependant assoupli les dispositifs et pris des mesures qui incitent les grandes entreprises chinoises à investir à l’étranger (Go global policy). Les sommes en jeu sont considérables, mais ces opérations apparaissent complexes et assez opaques. Les flux d'investissements directs étrangers (IDE) dans le monde ont reculé de 13 % en 2016 pour s'établir à 1.525 milliards de dollars. Les grandes sociétés pétrolières chinoises ont investi à l’étranger dès le début des années 1990. ou constituent-elles les réponses pragmatiques des autorités et des entreprises chinoises aux contraintes et aux opportunités qu’elles rencontrent, comme le pense Yang Yao (Yang, 2011) ? Les IDE en chiffres. La moitié de ces avoirs était constituée par des bons du Trésor américain à long terme (757 Md$), la Chine étant devenue le premier créancier étranger des États-Unis, devant le Japon (646 Md$). 17 Il ressort de notre analyse que les différentes modalités de la présence financière internationale de la Chine ne peuvent pas confirmer l’hypothèse d’une stratégie cohérente de domination mondiale. Ces opérations passent encore par des procédures lourdes d’autorisation (de la State Administration of Foreign Exchange – SAFE –, du ministère du commerce et de la National Development and Reform Commission – NDRC). En même temps, «World Investment report 2019 (version chinoise)», publiée par l’Organisation des Nations Unies pour le commerce et le développement, montre, contre toute attente, que les investissements étrangers en Chine sont en hausse. Il distingue, autant que possible, les différents canaux qu’elle emprunte : IDE des entreprises chinoises et crédits à long terme gagés sur l’accès aux matières premières, prêts de la banque centrale chinoise aux États. Les investissements étrangers directs dans le monde en fort recul en 2020. Ils ont encore fortement augmenté en 2008 alors que les flux mondiaux s’effondraient et ont beaucoup moins reculé en 2009 (– 8 %) que ces derniers (– 40 %). 1 Ce poids reste inférieur à celui qu’elle a dans les échanges mondiaux (9 %) et dans le PIB mondial (8 % au taux de change). Cette stratégie se traduit sur le plan commercial (Ye, 2011). À l‘aune du monde et à celle du poids de la Chine, ces résultats restent toutefois modérés comme le montre la figure 1. Elles se sont développées d’abord sur leur marché intérieur et ont désormais acquis une taille et des ressources qui leur permettent de se projeter à l’étranger. Depuis 1979, la Chine a largement libéralisé ses échanges extérieurs de biens et de services, mais beaucoup moins les mouvements de capitaux. Enfin, ces investissements directs de sociétés chinoises dans le tissu productif européen se sont multipliés au moment même où Pékin venait au secours des États européens aux prises avec une grave crise de leurs finances publiques. L’industrie manufacturière ne reçoit que 6 % environ des investissements. Les flux en provenance de la Chine représentent en 2008-2009 moins de 10 % de l’ensemble des IDE en Afrique. Avec une population de près de 1,4 milliard d’habitants, dont plus de 400 millions se situent dans la catégorie des revenus moyens, l’énorme potentiel du marché et la demande croissante des consommateurs rendent la Chine de plus en plus attrayante en tant que «marché mondial». C’est notamment le cas en Afrique, mais aussi en Asie centrale et en Russie. En 2004, le Fonds national de sécurité sociale a été autorisé à placer une petite fraction de son capital à l’étranger. 22 La position financière internationale de la Chine à la fin de 2009 résume ces évolutions (cf. Cette croissance est favorisée par les plans de libéralisation, le développement rapide du secteur high-tech et l’établissement de zones de libre-échange. tableau 4). On connaît la composition par devises de 56 % des réserves mondiales de change qui en 2010 étaient à 60 % en dollars, 27 % en euros, le reste en livres sterling, en yen et autres. Article en partenariat avec China Radio International. 2 Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2020 publié par la CNUCED, les flux d’IDE ont continué à progresser entre 2018 et 2019, passant de 138 à 141 milliards d’USD (+2%). Les investissements dans le secteur financier se situent dans le prolongement de la présence croissante des entreprises chinoises à l’étranger. Les investissements étrangers directs (IED) devrait enregistrer une baisse allant jusqu'à 40% cette année, à cause de la crise de coronavirus, avec une reprise attendue en 2022, a indiqué, mardi, la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced). Mais les autorités ont maintenu un contrôle sur les autres types d’entrées de capitaux et notamment sur les investissements de portefeuille. La crise du coronavirus a fait chuter les investissements étrangers directs (IED) de 49% au premier semestre 2020 par rapport à la même période il y a un an et sont en passe de chuter jusqu’à 40% pour l’année, poussés aussi par la crainte d’une profonde récession mondiale, a annoncé mardi la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED). You are currently viewing the French edition of our site. On notera que le rachat de marques du secteur de luxe est le fait d’entreprises de Hong Kong (achat de Cerruti par Li & Fung) ou de Taiwan plutôt que de la Chine continentale. Le ministère du commerce chinois prévoit qu’ils atteindront 100 Md$ en 2013 et qu’ils seront aussi importants que les flux entrants en 2015 [1]. 15 L’ampleur totale de ces opérations n’est pas connue précisément, mais on estime que la SAFE détient 700 Md€, soit 10 % de la dette de la zone euro [6]. 30 L’équipe était composée de… Mais la poussée à l’international correspond aussi au stade de maturité atteint par les entreprises chinoises. L’appréciation du yuan rendra l’investissement à l’étranger encore plus attractif et devrait pousser à la libéralisation progressive du compte de capital. La montée des investissements chinois à l’étranger est récente. 31 You might also want to visit our International Edition. Elles ont pris pied là où les grandes compagnies occidentales étaient alors peu présentes (Angola, Soudan, Iran) (Meidan, 2010). L’ampleur de la présence financière internationale de la Chine soulève le point de savoir si les différentes opérations réalisées témoignent d’une stratégie de conquête du monde, comme le suggèrent de nombreux articles de presse, ou si elles constituent des réponses pragmatiques des autorités et des entreprises chinoises aux contraintes et aux opportunités qu’elles rencontrent. L’expansion de ces investissements se situe dans la logique d’une évolution qui fait de la Chine la première puissance exportatrice depuis 2008 et la deuxième puissance économique du monde en 2010. Les grandes institutions financières américaines se sont engouffrées dans la brèche ouverte par la Chine depuis 2019 et le flux des investissements directs est resté stable. Les données sur les stocks montrent une répartition assez stable entre les grands secteurs, mais elle peut masquer des changements récents au sein des secteurs (Davies, 2010) (cf. Dans le même temps, la Chine a des avantages évidents en termes de productivité du travail de ses travailleurs qualifiés, et elle possède des infrastructures et des réseaux logistiques bien établis et puissants, tels que les ports, les routes et les chemins de fer, ce qui facilite la connexion entre des multinationales et leurs usines, fournisseurs et clients partout à travers le monde…. Les réserves accumulées étant considérables, l’investissement direct est aussi un moyen de diversifier leur placement. Les investissements directs étrangers (IDE) en Chine ont augmenté de 6,37 % d’année en année, au cours des huit premiers mois de 2013, a déclaré le gouvernement chinois, ajoutant que c’était un signe de confiance des investisseurs dans la deuxième plus grande économie du monde. Cet article fait le point sur l’ampleur d’une présence financière internationale, qui évolue rapidement, afin de la mettre en perspective. Les prêts bancaires viennent souvent renforcer la présence économique chinoise. La Chine reste encore l’épicentre des centres de production. Dans les années 2000, la Chine a tiré de ces placements une rémunération de l’ordre de 5 % en termes nominaux et autour de 2 % en termes réels, soit un taux sensiblement supérieur à celui qu’ils auraient obtenu en Chine si ce n’était le risque de change lié à l’appréciation du yuan (Hu, 2010). 16 11 16 – Les chiffres des Investissements chinois dans le monde. Les investissements dans les infrastructures s’inscrivent dans les stratégies de long terme pour soutenir le développement des échanges commerciaux des régions d’accueil avec la Chine. L’Administration d’État (la SASAC – State-owned Assets Supervision and Administration Commission of the State Council) qui gère le capital des 122 grandes sociétés publiques entend aider 50 d’entre elles à devenir des géants globaux au cours des prochaines années. Dans les industries à forte intensité de main-d'œuvre, comme l’habillement, la hausse des coûts salariaux en Chine pousse à la délocalisation dans les pays à plus bas salaires, comme au Vietnam et dans les pays d’Asie du Sud. En seconde position vient le secteur primaire (17 % du stock d’IDE) dans lequel dominent largement les investissements dans le pétrole et les minerais. Durant ces dernières années, la Chine a été exportateur de capital. Leur activité internationale s’est véritablement déployée dans les années 2000 quand la situation énergétique de la Chine est devenue tendue et que ses besoins d’importation de pétrole se sont accrus. Investissements directs à l’étranger (IDE), China International Trust and Investment Corporation (CITIC), China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), China Communications Construction Corporation (CCCC), China Railway Construction Corporation Ltd (CRCC), Distribution des avoirs de la Chine(en %). Ces flux de capitaux se dirigent vers les pays avancés comme vers les pays en développement. Les expériences du Japon et de la Corée du Sud suggèrent que leur essor constitue l’amorce d’une tendance durable et correspond à un nouveau stade du développement économique du pays et de ses entreprises (Chen et Ma, 2007). Le stock d’investissements à l’étranger illustre naturellement le retard chinois par rapport aux autres BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Rien que pour la journée du 8 septembre, les contrats signés à la foire des produits et du matériel agricoles entre les pays reliés par l’initiative «la Ceinture et la Route» représentent un montant de 29,5 milliards de dollars de capitaux étrangers. Ils ont donc une grande marge de progression et ont toute leur chance de s’accroître au cours des années qui viennent. Les opérations d’investissements des sociétés chinoises dans le pétrole africain se sont multipliées et s’accompagnent de prêts à très long terme, gagés sur ces ressources pétrolières qui financent de vastes investissements. tableau 5 ci-après). L’Europe est en effet le premier marché d’exportation de la Chine, devant les États-Unis, et la santé économique de la région est un enjeu important pour l’industrie chinoise. 9 Tous droits réservés pour tous pays. Les informations sur la distribution par secteur des investissements sont sommaires et se prêtent mal à l’analyse. 29 À la fin de 2009, la Chine détenait 895 Md$ de bons du Trésor américain alors que la dette publique américaine totale était de 11 900 Md$, dont 6 900 Md$ financés sur le marché. Elle s’inscrit dans la stratégie de promotion des « champions nationaux » et en marque une nouvelle étape. Le stock d’IDE entrant atteint 997 Md$ et les investissements de portefeuille, qui ont connu un développement récent, 190 Md$. Les IDE en provenance de Chine constituent un complément aux investissements de l’UE-15 ves les Nouveaux états membes (NEM) de l’Union eu opéenne et des alkans occidentaux en phase d’accession. Il est vrai que les chiffres des investissements chinois sont sans doute sous-estimés car seuls sont répertoriés ceux des grandes entreprises d’État qui passent par les procédures d’autorisation, alors que ceux des petites entreprises privées peuvent contourner les contrôles. 40 En 2012, les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont compté pour 20% de l'ensemble des investissements étrangers directs (IED) réalisés dans le monde, soit 263 milliards de dollars. L’Amérique latine est la seconde destination grâce aux paradis fiscaux que sont les Îles Vierges et les îles Caïmans. à la conjoncture mondiale. Si les autorités chinoises ont assuré les autorités européennes de leur soutien dans la résolution de la crise financière de la zone euro, c’est par intérêt bien compris. La firme Sinopec est entrée au capital de la filiale brésilienne de la société espagnole Repsol (7,1 Md$) [3], Petrochina a pris une participation dans Ineos, société anglaise de distribution de carburants (en 2011), et dans le gisement gazier dans l’ouest du Canada (5,4 Md$) [4]. Les rachats de la partie ordinateurs personnels d’IBM par Lenovo et, dans le secteur automobile, de Volvo par Geely sont représentatifs de cette stratégie. 7 Les différentes modalités de la présence financière internationale de la Chine ne peuvent confirmer l’hypothèse d’une stratégie cohérente de domination mondiale. Selon le dernier rapport de la CNUCED sur les tendances mondiales des investissements, l’effondrement des flux d’IED vers les pays développés (-27%) a été le principal facteur expliquant ce déclin Les sorties de capitaux sont restées strictement contrôlées (Glick et Hutchison, 2008). En effet, ces projets ont souvent été annoncés lors de visites officielles de dirigeants chinois qui leur ont donné une grande visibilité. Ainsi, la Chine n’a pas plus intérêt à voir s’effondrer l’euro qu’elle n’a intérêt à la dépréciation du dollar. Au cours des années 2000, la fraction des flux d’investissements chinois destinée à l’Afrique s’est accrue et a atteint 10 % en 2008 (soit 5,5 Md$ sur 56 Md$, selon les statistiques chinoises). Chinalco a dû renoncer à entrer dans le capital du groupe d’aluminium Rio Tinto, deux grandes opérations pétrolières ont été bloquées par les gouvernements de Libye et d’Angola, respectivement. Les banques chinoises sont autorisées à placer leurs avoirs en dollars en obligations étrangères, mais les résidents et les institutions non bancaires n’ont pas le droit d’investir directement à l’étranger. L’essor des investissements en Afrique et en Europe qui étaient encore des destinations marginales au début des années 2000. L’afflux net d’investissements directs, conforté par l’asymétrie des contrôles de capitaux, est conforme à ce que l’on attend pour un pays en développement. de récolter les fruits de la numérisation et d’accéder plus facilement aux marchés mondiaux.