Pire, on les accuse de donner envie à davantage d’adultes autistes de recevoir un diagnostic comme « vêtement social » , une « étiquette » d’autisme, après tout ils présentent l’autisme comme un truc tellement « cool », ça donne envie, non ? L'autisme touche près de 80 000 personnes en France. Ce ne sont pas des « clones » manifestant tous le même comportement, ils sont aussi diversifiés entre eux que les non autistes. Plusieurs autistes et neuro-atypiques dans ma famille, depuis plus d’un siècle (et peut-être plus mais nous n’avons pas assez d’informations généalogiques), soit bien avant les pesticides et vaccins. Je n’ose pas encore dire aujourd’hui à quel point ça m’a torturé, toute mon enfance, et jusqu’à aujourd’hui, sans que mon entourage ne s’en rende compte. Apprenez à lire : je n’ai pas confondu dépression et autisme, j’ai fait un parallèle.Les mots on un sens. Les tests et outils d’évaluation fonctionnelle aident à établir un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme. 《Les autistes et toutes les declinaisons》, C’est comme 2 programmes informatiques différents. Trop de faux positifs. 7 juillet 2020 12 août 2020 faux diagnostics, femmes autistes surdiagnostiquées, femmes autistes viol, LGBT pas autiste, surdiagnostic autisme, viol autisme Laisser un commentaire Billets d'Humeurs , La fin du début de la fin du COVID en attendant le retour. Si comprendre un commentaire vous demande trop d’efforts laissez tomber les débats. On m’as diagnostiqué en tant qu’asperger à l’âge de 11 ans . Je comprends seulement maintenant que je suis allée trop loin et que tous ces efforts ont été dévastateurs. Ce sont donc les psychiatres qui s’opposent à la psychanalyse, pas la psychiatrie. Pour beaucoup, les comportements atypiques sont de plus en plus contrôlés avec le temps, ce qui n’est pas forcément une bénédiction, mis à part pour l’intégration. Est-ce que l’autisme ne serait pas un syndrome générique comme la dépression : beaucoup de gens peuvent avoir des passages dépressifs, sans être fondamentalement dépressifs, et à côté il y a les « dépressifs chroniques ». Dans cette dernière catégorie, certains défendent leur corporation avec tant de véhémence qu’ils sont persuadés que le syndrome d’Asperger serait une invention américaine, imposée de force dans leur précieuse CFMTEA (classification française des troubles mentaux) par de « faux » autistes et des chercheurs anglo-saxons leurrés. Quand je n’étais pas obsédée par les cailloux dans la cour, je me perdais dans la notion d’infini. Lorsque je suis prise de sortes de crises incontrôlables, j’ai toujours la sensation qu’il n’y a plus de différence entre les différents types d’autismes. Il faudra mieux vous documenter avant de lancer des théories farfelues. J’ai mis 1 ans à réfléchir et comprendre que cela pourrait être autrement que je le pense et me dire que je pouvais me tromper sur toutes les années ou j’ai réellement cru que j’étais fou. Mais il y avait une façon simple de soutenir vos arguments : me donner cette définition « simple » de l’autisme que bizarrement vous n’avez pas souhaité proposer ici . Pourvu que personne ne prenne le temps de contrôler la véracité d’au Je ne remettrai pas en question le diagnostic d’autisme évoqué par Céline, survenu «suite aux vaccins combinés». Ou alors, « de trop haut niveau » pour avoir le droit de parler d’autisme. Ne changez pas les mots en cours de route, vous avez demandé une définition « claire » de l’autisme, et non pas une définition « simple ». De plus, comme les traits faciaux caractéristiques du TSAF ne sont présents que dans 20 % des cas, son dépistage est loin d’être aisé au Québec. Des pédiatres se contraignent à poser de faux diagnostics pour que les enfants atteints du trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) obtiennent un minimum de services au Québec. Le diagnostic d'autisme c’est un clinicien qui fait un diagnostic clinique. semblant » d’être une adulte responsable. Oui mais vous êtes anormal, il va falloir l’accepter ... @tf1Groupie" La construction sociale est indispensable et elle se fait Lisez les lettres échangées entre Freud et Bleuler, entre Freud et Jung, entre Freud et Abraham, etc. Vous avez lu ce qu’on dit en ce moment sur la « mode du cholosterol » ? Il m’a fallu des années pour parvenir à contenir certains comportements. Les formes d’autisme sont très nombreuses et hétérogènes, c’est pourquoi les psychiatres les définissent comme des troubles du spectre autistique. La souffrance, pour beaucoup, nous la gardons bien enfouie, bien cachée. L’autisme, ou plus généralement les troubles du spectre de l'autisme (TSA), est un trouble du neuro-développement humain caractérisé par des difficultés dans les interactions sociales et la communication, et des comportements et intérêts à caractère restreint, répétitif et stéréotypé.Il existe différents niveaux de sévérité des symptômes, d'où la notion de « spectre ». Le mien oui. Après libre à vous de ne pas y croire. Le DSM5 est en effet un manuel dont l’objectif est de vendre plus de médocs. Et votre « équilibre émotionnel » de la mère me fait marrer : il n’y a absolument aucune garantie que la mère détienne le bon équilibre. et qui ajouté au manque de formation des professionnels conduisait à mettre le diagnostic d’autisme de côté, au profit de l’autre trouble. Les tro… En Suède, pour un diagnostic d’autisme, il fallait huit symptômes il y a encore 10 ans . C’est pourquoi tout mon effort ici consiste à essayer de rendre les gens plus intelligents. « Un psychiatre qui a travaillé [avec cette clientèle] a remarqué les caractéristiques du TSAF chez mon fils. Juste un apprentissage continu. Pourquoi continuer à défendre la psychanalyse alors que cette dernière n’a jamais réussi à fournir la preuve de son efficacité autrement qu’en trichant sur ses résultats ? La problématique de l’autisme étant beaucoup plus médiatisée depuis quelques années, il est possible que cela influe sur le regard des médecins et même du reste de la société. Provoquant du coup et alors qu’ils espéraient le contraire, un attrait sans précédent pour la psychanalyse de par le monde... Références et liens par rapport à ce que vous avancez. A la fin de l’heure quand les élèves quittent la salle, je lui demande de venir me voir.Je le questionne, sur un ton un peu réprobateur : pourquoi il n’a pas commencé l’interro en même temps que tout le monde et je lui dis que je l’ai vu parler avec son voisin. « Il y en a pourtant 46 dans le reste du Canada », a déploré Louise Loubier-Morin, mère adoptive d’une femme atteinte du TSAF et directrice du SAFERA, un organisme de prévention du syndrome de l’alcoolisation fœtale. Les chercheurs parlent « d’héritabilité », désig… Si vous lisez l’autobio de Temple Grandin, celle de Josef Schovanec, l’histoire du « patient 0 » de Leo Kanner (Donald Triplett), ou encore celle de Jim Sinclair, vous verrez qu’ils avaient tous au départ un profil beaucoup plus lourd. Le pédiatre au Centre Hospitalier Beauce-Etchemin, Pierre-C. Poulin, abonde dans le même sens. Et devinez quoi, ils ont terminé des études supérieures, ils ont appris à parler, mais ils n’en sont pas devenus non-autistes ou « faux » autistes pour autant. « Parfois, on va poser des diagnostics en fonction de l’aide dont le jeune a besoin. Mais c’est parce que cette appellation regroupe désormais une grande variété de manifestations cliniques, et pas seulement l’autisme infantile sous sa forme la plus classique. Regardes autour de toi, c’est pourtant simple à comprendre. Ensuite, je ne fréquente pas de « cafés Asperger ». Serait-ce, dans l’hypothèse vaccinale, qu’il est difficile de reconnaître qu’on a fait du mal à son enfant, ou que les parents vous ont fait du mal ? Imaginez ce que l’on ressent quand ont doit se battre au quotidien face à des préjugés qui nous insère dans des cases sans nous connaître réellement . j’espère que vous ne contestez pas qu’en médecine, comme dans d’autres disciplines, il y a des « effets de mode », c’est-à-dire des courants de pensée temporairement dominants. Nouveau sophisme de votre part. Et là pour les courageux lecteurs qui n’ont pas zappé le message j’en viens à cette anecdote qui montre qu’un Asperger ça peut donner des instants magiques comme n’importe quel enfant. Déjà fournis dans certains de mes commentaires de ce fil et dans d’autres ainsi que dans mon article. Si justement le débat fait rage c’est à vous de vous faire votre propre opinion, pour ne pas vous faire manipuler par l’un ou l’autre des 2 camps. Directrice de cet organisme de prévention du TSAF, Louise Loubier-Morin a adopté sa fille Stéfanie au début des années 1990. » affirmez-vous publiquement. alors oui elle se fait spontanément en fonction du milieu dans lequel il évolue . Certes c’est un sujet auquel il faudra s’attaquer un jour. positifs. Quoiqu’il en soit, je m’en souviendrai dans nos inévitables disputes futures, où je mettrai désormais des bémols. Ce n’est pas une augmentation, mais le fait d’un meilleur dépistage. En ceci, je ne partage certainement pas la stigmatisation du « communautarisme », qui peut être entraide et soulagement. C’est-à-dire figure toujours en tant que « maladie mentale » - hélas mille fois hélas pour toutes les personnes amoureuses d’une autre personne du même genre qu’elles - et toujours considérée comme « maladie mentale » par le monde de la psychiatrie ! C’est dur mais ont se bat pour réussir parce qu’on a la volonté et surtout le soutiens de nos amis et nos proches qui sont les témoins de notre combat . d’ailleurs beaucoup de gens nous parlent des SDF qu’il faut aider, uniquement pour dezinguer les migrants... je crois que chacun aura compris leur ’’posture morale’’, il faut effectivement aider tout le monde, ce qui est largement possible en allant se servir chez les voleurs, les milliardaires et les banquiers ... plutôt que d’opposer les humbles entre eux pour se partager les miettes du grand festin, Rappelons que l’autisme est du aux vaccins contenant du mercure ,de l’Aluminium et en particuiier du ROR. Les autistes sont-ils de [gros] fainéants ? Vous les avez sûrement connues, comme tout le monde, mais comparé aux miennes, c’est probablement peu de choses... « Z’allez pas vous faire des ami-es parmi les adeptes zélés et communautaristes de la « neurodiversité » (truisme) tel-le-s que « Tsag Valren » (*) par exemple, là.. ». Personnellement, j’ai toujours été très lucide sur mes difficultés et ce nom qui a été mis sur mes difficultés cadre totalement avec ce que je vis. Ce que je trouve « drole » c’est qu’ici on souligne que la psychiatrie est loin d’être une science exacte et fait souvent des retours en arrière, Mais, soudainement concernant l’autisme cette discipline est devenue parfaite et d’une remarquable efficacité , bref ne doit plus être sujette à incertitude ... Oui je suis conscient des douleurs qu’entraîne le fait d’avoir un enfant autiste pour en avoir fréquenté un de très pendant un an et pour avoir lu nombre de témoignages, ici notamment. Aucune étude scientifique n’a démontré que la psychanalyse était une méthode de soin efficace, elle ne l’est pas plus qu’un placebo. Avez-vous souffert des troubles digestifs décrits par le Dr Wakefield ? Depuis toute petite, j’ai la sensation que ce monde n’est pas le mien. Ce n’est pas l’un de ces critères pris isolément qui permet de déterminer que quelqu’un est autiste, mais l’addition de plusieurs d’entre eux. Enfin, pour terminer, je voudrais savoir si le film Vaxxed est enfin disponible. Il semble indifférent au monde sonore et aux personnes qui l’entourent. Avez vous nos regards en apprenant ce diagnostique ? @tf1Groupievous avez raison de mettre normal entre guillemets parce que ce que nous faisons subir aux enfants n’a rien de normal en premier lieu les enfants devraient rester avec leur mère jusqu’à l’age de 7 ans pour arriver a un bon équilibre émotionnel ( quand tout va bien ) en second lieu les classes d’ages sont une absurdité héritée de la vision militariste du 19ème : une classe d’age est un groupe de pair et donc forcément hyper concurrentiel si on faisait des classes de niveaux d’une part les élèves progresseraient en fonction de leurs aptitudes et ensuite ils auraient accès a des interactions sociales plus riches et plus équilibrées ... La construction sociale est indispensable et elle se fait naturellement : personne n’impose rien aux enfants, ils construisent leurs relations sociales en cherchant à les optimiser.Bien sûr ils s’inspirent des comportements adultes mais ils vont chercher à n’en retenir que ce qui les intéresse.Charge aux adultes qui les encadrent de les orienter pour éviter les dérives. J’ai l’impression qu’il n’a de léger que le fait qu’il se remarque moins. Pour de nombreuses personnes atteintes d'autisme, voilà la grande séparation qui existe entre leur monde et la réalité extérieure. Débattre d’un tel sujet est forcément délicat et si l’on se braque rapidement sur telle ou telle remarque alors ça va être difficile d’avancer : on restera dans le non-dit. Si avec autant de publications vous n’arrivez pas vous faire une idée très claire de l’autisme alors on ne peut pas faire grand chose pour vous ! D’ailleurs je ne sais pas qui est apte ou crédible pour diagnostiquer l’autisme ? Les premiers signes d'autisme se manifestent avant l'âge de 2 ans. _ Une classification internationale des troubles psychiatriques qui refusait de considérer possible qu’un individu soit atteint de 2 troubles différents (par exemple Autisme et TDAH, Autisme et Dys, etc.) Extrait de https://www.cairn.info/revue-sud-nord-2009-1-page-79.htm, « l’apa (American Psychiatric Association) comme la psychiatrie américaine étaient, à la fin des années 1960, dominées par les psychanalystes »[...] « Outre la catégorie des névroses classiques, il comportait aussi une catégorie très inspirée de la psychanalyse, les déviations sexuelles, avec, en première position, l’homosexualité. Et je pense que il y a de tels excès dans le cas de l’autisme : on va baptiser « autiste » quelqu’un a besoin d’une réponse. Répondez ce que vous souhaitez à ce petit message. A titre personnel, quatre heures de discussions totalement gratuites avec une neuroscientifique m’ont aidée bien plus que de payer différents « psys » pendant des années. Non ce n’est pas une évidence. Et dans ces formes les plus légères, la frontière entre l’autisme et la « normalité » est très progressive donc floue et parfois indétectable. Ce n est pas parce que le prix de l entre des colloques ne revient pas l cole de la cause freudienne (blvrd Haussman Paris, un trs beau btiment...) qu il ne faut pas venir se former... Etrangement aussi les cas lourds sortis d affaire que j ai rencontr sont aussi issus de familles qui ont chapp aux services de soins publics et qui avaient des moyens humains et ou financiers pour s en sortir.... Normal que les parents veulent ce qu il y a de mieux pour leur enfant....et lorsque les thrapies etefonctionnent ou leur ducation fonctionnent oui il en sort ces adultes extraordinaires (pas tous ) qui memes s ils ont progress, sont encore autistes... et qu ils restent des personnes diffrentes en leur for intrieure. Diffusion immédiate. le Dr Zanni a suivi une formation spécialisée sur les troubles du spectre autistique et possède une clinique à notre bureau de Somerled. C’est trop compliqué ? Sur les 4100 places d'accueil crééesadministrativement, toutes sont loin d'être ouvertes, faute de crédits . Je ne pense pas que vous puissiez généraliser votre cas qui apparemment est indétectable.J’ai eu l’an dernier un élève qui avait été diagnostiqué Asperger et on remarquait tout de suite son comportement très atypique (les autres élèves notamment). Je suis passée par des moments terriblement difficiles parce ce que je ne pouvais pas mettre de nom sur ce que j’avais. Or il me semble que Asperger ne représente qu’une population assez marginale et très particulière dans la population globale des autistes. Comme je l’ai dit au début de l’article, les classifications internationales présentent toutes l’autisme comme un spectre, cela est admis et acté aussi bien aux Etats-Unis qu’en Allemagne, en Suède ou au Royaume-Uni. Constater et rapporter ici le fait qu’une chose a changé de nom ne démontre ni ne permet d’affirmer que cette chose a été enlevée de la catégorie dans laquelle elle avait été classée sous son premier nom. @vilayatLes facteurs environnementaux ont c’est vrai beaucoup d’importance. J’ai fait confiance aux personnes spécialisées dans ce domaine et je pense que j’ai eu raison. Si j’ai une jambe en moins il est clair je suis vachement moins handicapé que quelqu’un qui aurait été amputé des 4 membres. - Il y a deux sortes d’humain (enfin je crois...), 1 cas sur 15 000 vers 1970 et 1cas sur 45 en 2016 aux US, Quand j’ai fait mes études d’infirmier, l’autisme était clairement identifiable, et s’apparentait à une psychose infantile profonde, genre » autisme de Kramer"...L’école psychanalytique qui avait fait des ravages mettaient au cause l’éducation...La médecine est le lit des badauds crédules, des apprentis sorciers et des modes, Maintenant, les appellations évoluent, sous la pression de la classification américaine, et de la modernité. Quand on sait avec quelle facilité les psychiatres formés à la psychanalyse distribuent des médicaments à tour de bras ça en ferait presque rire s’il n’y avait pas des vies derrière. Les personnes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) font l’objet de divers mythes et fausses croyances qui découlent souvent de la méconnaissance de l'autisme. @tf1GroupieJ’ignore si d’autres personnes souffrent d’autisme, mais personnellement je ne souffre pas de mon autisme. Je me retrouve totalement prisonnière de mon corps, incapable de raisonner, d’établir le moindre contact avec qui que ce soit. Une équipe de l’Université de Warwick (Royaume-Uni) travaille sur un test biologique. Le débat me parait un peu stérile : la définition de l’autisme a changé au cours des ans, et différemment selon les pays. J’aime à croire que l’intelligence, qui va de pair avec la bonté, l’emportera. Et cette « explosion » n’a pas fini d’exploser, du fait que nombre d’adultes, actuellement mal diagnostiqués (une large partie de la population psychiatrique, notamment) seront prochainement « re-diagnostiqués » avec un autisme, comme par exemple beaucoup de « schizophrènes » dont on sait maintenant qu’ils ne l’étaient pas, et sur qui les traitements par neuroleptiques ont eu des effets désastreux. Merci d’avoir posté ce bel article. Je suis consternée depuis un moment à voir combien certains psychanalystes pratiquent un. En l’espèce, il s’agit de « homosexualité » qui, rebaptisée« dysphorie de genre » par les psychiatres because they accepted to be more« politically correct » at the time) , figure toujours dans le DSM en tant que « mental disease » ! @tf1GroupieComment ça il n’y a pas définition très claire de l’autisme ? Maintenant âgée de 28 ans, la jeune femme qui vit avec ce trouble a cependant le développement mental d’une enfant de 12 ans. _ L’autisme a des causes environnementales, et nos sociétés industrielles provoquent une recrudescence des cas d’autisme (à cause de la pollution, des pesticides, de certains médicaments) ces dernières années. Merci Tsaag Valren pour cet article. », Plus loin : "une table ronde gays-psys au congrès de 1973 à Honolulu, à laquelle participeront deux psychiatres psychanalystes favorables au maintien [de l’homosexualité comme maladie mentale](Bieber et Socarides), trois psychiatres favorables au retrait (Robert J. Stoller, Judd Marmor [...]. Quant à l’augmentation du nombre d’adultes qui sollicitent un diagnostic d’autisme, c’est parce qu’ils se sont informés à des sources fiables, notamment celles émanant de la recherche en sciences cognitives et neurosciences, au lieu de se résigner à écouter des sources proto-psychanalytiques qui se complaisent à poser des diagnostics fantaisistes, pour ne pas dire nuisibles. ça change des crises d’adolescences tellement normales et insupportables, chargées de mesquinerie et de méchanceté. Malgré cela, et avec des informations concernant la consommation d’alcool de la mère biologique de l’enfant, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) s’est entêtée à l’orienter vers une clinique qui diagnostiquerait un trouble de l’autisme, selon les dires de l’homme. Cependant, certains signes peuvent alerter les parents dés l’âge de 18 mois : l’enfant est trop calme ou au contraire trop excité. « Souvent, sans soins appropriés, les individus avec cette condition vont développer des difficultés secondaires à ce trouble. La psychanalyse n’est pas « complètement décriée de par le monde ». Pourquoi se torturer chaque jour depuis ma naissance pour tenter de coller tant bien que mal à ce que les autres attendent de moi..... Je sais sourire, marcher plutôt bien quand je me concentre, et j’ai même un travail.... Les efforts que je dois faire chaque jour me rongent et me détruisent.... Seulement, ce dont des efforts dont les autres n’ont absolument pas conscience. En fait, mon commentaire parlait des personnes qui n’acceptent pas que l’on puisse souffrir de quelque chose « d’invisible ». Franchement voir que même un enseignant n’est pas capable d’adopter lui aussi cette attitude alors qu’il est censé l’inculquer à ses élèves, ça me désole ! Aujourd’hui l’Education Nationale est bouffée par les faux cas à problèmes.Et vous savez comment c’est dans l’administration, y a des plafonds budgétaires à ne pas dépasser ; quand le plafond est atteint on arrête de prendre les gens en charge. Par contre, je pense que vous avez attiré, huummm, comment dire, les émotions ; ça a toujours été un peu compliqué pour moi... Ha, oui, voilà : mon mépris le plus profond. « Ça fait 20 ans qu’on essaie de rentrer au ministère de la Santé et des Services sociaux pour leur demander de se pencher sur la question, et il n’y a rien qui se fait. Je suis asperger et je souhaite témoigner à propos de l’autisme . Sur un autre fil Doctorix a donné ce chiffre dont je ne connais pas la source : le nombre de cas signalés d’autistes aurait été multiplié par 300 en 40 ans. Le diagnostic est autour de 7 ans. Je maintiens donc que je fournis toujours de vraies références. @tf1GroupieOui en effet, la qualité d’une définition peut dépendre des occurrences de google, il faut savoir chercher... A part l’attaque ad-hominem vous avez quoi ?Je ne suis pas là pour vous apporter des preuves que je me suis donné la peine de creuser le sujet. J’ai lu vos différentes interventions sur cet article, et j’y ai vu que vous êtes enseignant. Ces gens sont de vrais survivants. Sans compter l’aide substantielle obtenue à l’école. Une autodestruction à petit feu, parce qu’on n’a pas le droit d’être différents. Mais pour le moment, en l’absence d’autre vocable, on est bien obligé d’employer ce (gros) mot pour se faire comprendre... Mais il arrivera bien un moment où ce mot péjoratif devra être remplacé par un autre mieux approprié. Tout le monde maintenant semble tenir à cette appellation, à cette explication scientifique que serait le nom d’une maladie...Ne parlons pas de l’anorexie mentale, qui a vu. absolument aucune garantie que la mère détienne le bon équilibre.« non je parlais des besoins de l’enfant en tant qu’être humain bien évidemment la question de la mère est en amont ........mais c’est une autre histoire. moins de stratégies d'adaptation mises en place ; Je maintiens donc que je fournis toujours de vraies références et que vous ne lisez pas, vous non plus. Que savez-vous des souffrances engendrées par les comportements des autres face à vos particularités ? Effectivement, en 1987, l’homosexualité est devenue dysphorie du genre. Celà ne m’étonne pas qu’il n’y ait ni repentance ni humilité de leur part... Je pense que le plus déplorable est que les mêmes pseudo-professionnels interdisent à leurs « patients », pardon aux gens qui leur amènent leur rente, de s’informer par eux-mêmes. Il me regarde sans s’inquiéter puis, calmement il commence l’interro.Il n’a pas eu le temps de finir mais au final il a eu une note correcte. Il y a cette tendance à la fois chez l’homme et la femme. Pour ma part, je n’ai pas de troubles du langage et j’écris à peu près correctement. Il n’y a guère qu’en France qu’un petit groupe de « professionnels de santé » souhaitent classer l’Asperger à part (plus quelques personnes autistes qui tiennent à l’étiquette Asperger, ce qui n’est pas mon cas) avec cette idée insultante selon laquelle il s’agirait d’un faux autisme. Plus, pour les pesticides, il n’y a aucune étude qui montre un lien confirmé, ni étude qui explique un mécanisme possible. ( y a un peu plus de naissances féminines que masculines). Dès qu’un autiste adulte prend la parole, il est accusé de « ne pas être assez autiste », d’avoir « guéri » de l’autisme, ou d’être un imposteur. Car il s’agit d’un choix, d’un choix subjectif, même si il possède une rationalité, choix qui est affaire de conscience, et pas de science, et peut être parfois affaire de majorité d’opinion.Alors, je ne doute pas que vous soyez autiste selon DSM (IV ou 5), CIM (10 ou 11), et je ne doute pas non plus que cela pusse parfois vous gêner dans votre vie quotidienne, et pas plus que vous ne puissiez scinder cet autisme-DSM5 de vous-même, et pas davantage que ce diagnostic vous soulage, vous indiquant en particulier que vous n’êtes pas seule dans votre style de personne. moins une des affirmations du Dr. Albert Lim Kok Hooi ( qui n’apporte aucune preuve de ce qu’il affirme dans son article d’opinion « Aspies, you are not alone »), par exemple celle traduite et rapportée ici par Emilien Hamel qui la précise sans apporter la moindre référence à l’appui de ce qu’il précise : « En 1987, pour être précis et contre l’avis de nombreux psychanalystes pour l’être plus encore (Emilien Hamel), il y a environ 40 ans, l’homosexualité a été enlevée du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (Dr Albert Lim Kok Hooi) » .